AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 

 ALI - fais toi plaisir, je me vengerai de toute façon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Ici depuis : 02/04/2016 Messages : 1013 DC : Gabriel Almeida (ft. Robbie Wadge), le Mr Propre. Disponibilité pour RP : Euh, là, c'est un peu chaud, mais pourquoi pas.

Mon sosie : Will fuckinghot Higginson Crédits : SWEET DISASTER (avatar et gifs) et Jeux d'Enfants (citation signature) Âge : Je viens de fêter mes trente ans, l'horreur. Statut Civil : Tu as lancé le divorce, mais on tente de recoller les morceaux. Métier/études : Hôtesse de l'air au masculin. Je peux t'envoyer au septième ciel si tu veux. Adresse : Quartier du bois. Freestyle :
L'amour, le vrai, est cannibale et destructeur. En vérité, il tue. Posséder l'autre, c'est le faire mourir. Être possédé, c'est mourir aussi. Les vrais amants se détournent du monde. Ils s'enferment pour mourir.


Pseudo : 4x4, Katia. Voyages : Zéro pointé.


Voir le profil de l'utilisateur
ALI - fais toi plaisir, je me vengerai de toute façon.Lun 18 Avr - 6:59

Ali Bendriss
Tu veux jouer ? On va jouer !
Dis moi qui tu es
Bendriss - Le nom de famille de ta mère. En fait, il paraît qu'à ta naissance ça a été un peu le bordel. Tes parents étaient pas mariés, ton père se trouvait à pétaouchnok. Pour la petite histoire même si tout le monde s'en fout, à l'heure actuel tes parents coulent le parfait amour et tu es fier de t'appeler Bendriss même si ce n'est plus le cas de ta mère. Pis autant le dire cash, tu emmerdes royalement les gens qui bloquent à cause de ton nom de famille et de ses sonorités d'ailleurs.
Ali - Baba et les quarante voleurs, sauf que les quarante voleurs, ils se sont fait la malle. A moins que tu les ais simplement dégagé, c'est beaucoup plus ton style si tu veux mon avis. Ali, tu apprécies, mais tu ne vas pas en faire tout un fromage non plus. Ali, ça va. Ali Baba, en revanche ça le fait vraiment pas.
24 ans - Les années passent et les conneries s'accumulent. Les gens ne cessent de scander que t'es qu'un gamin, que tu fais chier et que tu devrais arrêter de jouer au con, mais pour ce que tu en as à faire de l'avis des gens.
un 13 août à Marseille - Parfois tu le fêtes et parfois pas, ça dépend des années. La seule constante, c'est que ça finit toujours par partir en cacahuète. Oui, toujours. Tu as vu le jour à Marseille, mais tu n'as jamais vécu là-bas. La logique de tes vieux te dépassera toujours.
Franco-Algérien - Un beau mélange. Ta mère vient d'ailleurs, ton père est un français de pur souche avec une famille d'abrutis. Algérien de par maman. Français de par papa. Ta vie est ici, ton cœur lui fait des allers retours incessants. Tu retournes régulièrement au pays, mais tu ne te vois pas quitter la France définitivement.
Hétérosexuel - Honnêtement, tu ne t'es jamais posé la question. Quoi que pendant l'adolescence peut-être, mais c'est tout. Toi, tu aimes les femmes, enfin ça dépend des jours. Parfois, elles sont juste chiantes, alors tu les envoies royalement chier et tu en viens à aimer la tranquillité. Ouais, parfois, tu deviens tranquisexuel.
Céliconnard - Ta dernière histoire a été une véritable catastrophe sans nom. Ça a fini par un suicide et tu tentes de chasser ce mauvais souvenir de ton esprit. Comme si c'était simple. En couple, tu as toujours été un vrai con. Enfin, la vérité, c'est que tu es un con tout court, mais disons qu'avec une nana, c'est pire.
Galère - Tu exècres ces personnes qui empestent la thune à des kilomètres à la ronde. Tu ne roules pas sur l'or. En fait, c'est presque le contraire. Tes parents ont toujours galéré à finir le mois dans une autre couleur que le rouge. D'ailleurs, tu vis toujours chez eux parce que tu n'as absolument pas les moyens de te payer quoi que ce soit d'autres... et parce qu'il est absolument hors de question que tu laisses ta mère.
Études d'ingénieur - La routourne va tourner. C'est un peu ta fierté personnelle, même si tu ne l'étales pas du tout. Tes parents ont toujours galéré pour vous offrir à ta sœur et toi une éducation. Tu sais très bien qu'ils se sont parfois bien privés pour vous payer l'école privé et tu ne les remercieras jamais assez. Adolescent, tu t'en foutais royalement, aujourd'hui, tu es fier de dire que tu fais des études d'ingé. Bon, c'est à Paris, c'est pas la porte à côté et quand tu rentres, tu es claqué, mais ça vaut le coup.
Quartier du caramel au beurre salé - Tu vis encore dans la maison familiale avec ta sœur et tes parents. Tu as ton espace et ça te convient. Puis, il faut dire que tu passes beaucoup de temps dehors aussi.
String - Parce que le chien est trop sexy sur la photo du qui est en ligne ? Parce que les strings Ali il a l'habitude de les retirer, alors en être un ça ferait carrément la différence ? Parce que... Euuh... Il a bien une tête à se foutre un string sur la tête justement ? J'en sais rien moi. J'aime bien les strings (surtout les strings bonbons  ) et je voudrais en être !
Sois pas timide, voyons
a comme alcool - Je sais Ali, tu n'aimes pas qu'on parle de ça, mais je ne peux pas vraiment passer à côté. L'alcool c'est ton vice, tu n'as eu de cesse de le reprocher à ton père, pourtant tu fais la même chose, voir pire. Alors non, tu n'as pas vécu avec un père alcoolique qui frappait toute ta famille. Toi, ton père, il buvait tous les soirs de manière correcte, enfin, son whisky coca et son vin sauf que parfois, il avait l'alcool mauvais... Ce n'était pas des coups, mais des paroles bien tranchantes. Ton père, il n'a jamais été du genre à dire ce qu'il pensait et l'alcool déliait sa langue. Tu te rappelles encore très clairement de ce soir où il t'a balancé après un verre de trop que de toute façon tu ne ferais jamais rien de ta vie et que tu étais une merde ambulante. Tu ne lui as pas montré, mais ça t'a fait un mal de chien. Hein, ça fait mal d'entendre ça de son vieux ? Toi, tu ne bois pas tous les soirs. Tu bois quand ça ne va pas, tu bois quand tout part en vrille. Tu ne bois pas pour le plaisir, tu bois pour te retourner la tête et le foie. Tu bois jusqu'à en vomir tout ce que tu as sur le cœur (et dans le ventre aussi). Tu bois jusqu'à détruire tout sur ton passage. Tu bois et tu as l'alcool mauvais, alors tu blesses les gens qui t'entourent pourtant tu retournes toujours à ta bouteille de merde.
l comme loveur - Loveur ? Loveur ? Avoue, tu es en train de taper une barre là. Tu n'es pas loveur pour un sou. Tu es même tout le contraire. Niveau sentiment, tu es une jolie huître, incapable de t'ouvrir. Les mots je t'aime n'ont jamais traversé tes lèvres, du moins, pas depuis des années et des années. Tu as sûrement dû le dire en étant mioche, mais tu ne t'en souviens pas. Tu n'es pas câlin non plus. Toi, les démonstrations d'affection, ça te fout mal à l'aise et tu les évites autant que possible. Quand tu apprécies les gens, tu as tendance à les détruire. Ouais, toi et ta logique.
i comme intelligent - Enfin... Ça dépend vraiment pour quoi. Disons que tu as toujours eu des facilités et tu t'es toujours reposé dessus. Tu n'as jamais vraiment ouvert tes bouquins de cours jusqu'au bac et je ne sais pas si tu t'en souviens, mais ça avait le don de faire enrager certains de tes professeurs. Tu as surfé sur tes facilités jusqu'au post bac. À l'heure actuelle, ce n'est plus tout à fait le même délire, mais tu bosses tout de même beaucoup moins que certains.
Cependant, on dit que l'intelligence ne se mesure pas aux notes. Tu es aussi cultivé, tu ne passes pas ton temps dans les bouquins, mais tu t'intéresses à ce qui t'entoure. En fait, tu es un peu le genre de personne qui peut broder et parler d'un peu tout est n'importe quoi.

b comme bordel - Ta vie est un véritable bordel, mais ce n'est pas de ça dont je voulais parler. Bordel parce que tu es un putain de bordélique, pas le genre à avoir un bordel organisé, non, non. Toi quand c'est le bordel, ça l'est jusqu'au bout et tu ne t'y retrouves plus. Ton père s'amuse à te tacler à ce propos en te disant qu'un jour tu vas tomber sur une de tes conquêtes qui sera morte au fond du placard depuis des lustres. Oui parce que ta chambre, c'est un peu le parcours du combattant vu toutes les merdes qui ornent le sol. Tu as pris l'habitude de rire à sa blague, même si à l'heure actuelle elle passe quand même beaucoup moins bien.
e comme euromillions - Tu hais les gens friqués pourtant tu joues toutes les semaines à ce jeu bidon. On peut être sûr de te croiser au tabac du coin pour faire ton tirage le mardi et le vendredi. Oui, malgré ta carapace et ton caractère de merde, tu es un doux rêveur qui espère encore qu'un jour la cagnotte sera pour toi. C'est beau l'espoir.
n comme nettoyer - Nettoyer, balayer, astiquer. Ouais, je sais, j'ai dit quelques lignes plus haut que tu étais un putain de bordélique et là je sors ce mot, mais il y a une explication. Ta mère est femme de ménage et tu emmerdes royalement ceux qui trouvent que ce n'est pas un métier ou que c'est dévalorisant. Sauf que pour des raisons qui sont expliquées un peu plus bas, elle ne peut pas toujours aller bosser et tu prends donc régulièrement la relève. Alors oui, toi, le mec violent, le mec au sourire indécent, tu pars faire le ménage chez des familles de bourge pour préserver ta mère. Elle râle souvent, mais tu ne lui laisses pas le choix même si ça veut dire faire des journées à rallonge quand tu reviens de tes cours ou sécher parfois. Monsieur Propre, c'est toi.
d comme destruction - Tu sèmes le chaos autour de toi. Tout ce que tu touches se transforme en cendres. Tu détruis les gens que tu aimes sans même t'en rendre compte. Tu essaies parfois de faire des efforts, mais chassez le naturel et il revient au galop. T'apprécier c'est presque être sado-maso au final.
r comme radin - Ouais, tu as pas beaucoup de sous, mais ceux que tu as, ils sont à toi. Radin, en fait, ça te qualifie vraiment bien. Enfin dans un sens. Tu as beaucoup de mal à dépenser ton argent pour toi, tu comptes le moindre centime ou presque. Si tu as besoin d'un truc, on peut être sûr que tu vas trouver un milliard de raisons pour ne pas l'acheter. Quand tu fais les courses, tu fais attention au moindre truc que tu mets dans ton caddie, ça en devient maladif. En revanche quand il s'agit de faire plaisir à tes proches (donc à quasiment personne hormis ta famille), là, tu ne comptes plus.
i comme famille - Parce que tu as beau être qui tu es, un con fini, un enfoiré de service avec la plupart des gens s'il y a bien une seule chose qui compte dans ta vie, c'est ta famille. Tu ne te vois pas vivre sans eux même si tu ne leur as jamais dit. Tes parents sont tout pour toi et ta sœur aussi. Tu as tendance à étouffer les femmes Bendriss (même si ta mère ne s'appelle plus Bendriss), à les surprotéger. C'est pour ça que tu travailles à la place de ta mère dès que ça ne va pas, pour ça que tu ne lui laisses pas vraiment le choix. Pour ça que tu es toujours derrière ta sœur, à guetter tout ce qu'elle fait, qui elle fréquente. Au fond, tu n'as juste pas envie qu'elle tombe sur un mec comme toi.
s comme soin - Ce n'est pas vraiment le bon mot, celui qui convient c'est maladie. Lupus plus exactement. Ce mot barbare qui a changé et détruit ton existence et celle de ta famille. Depuis aussi loin que tu t'en souviennes, ta mère a toujours été malade. Pendant ton enfance, c'était des malaises incessants, il fallait lui donner un sucre et lui lever les jambes. Tu le faisais sans sourciller, tu prenais déjà soin d'elle à l'époque. C'était des maux de crâne continuels, des repas où elle repoussait son assiette pour s'endormir à table et de la douleur, beaucoup de douleurs. Pendant longtemps tous ses maux n'avaient pas de noms. Certains professeurs lui ont même dit qu'elle les inventait et tu n'as eu aucun mal à les retrouver pour leur dire le fond de ta pensée à l'aide de tes poings. Toi, tu la vivais cette douleur, du moins par procuration. Tu savais qu'elle était bien présente, ce n'étaient pas des douleurs fantômes. Puis il y a trois ans, ils ont enfin posé un mot sur la maladie. Lupus. On dit que ça aide de savoir, toi, ça ne t'aide pas du tout à gérer. Lupus, tu hais ce mot, tu en es même venu à haïr les loups même s'ils n'ont rien demandé. Lupus, encore, toujours. Cette maladie dicte votre vie. Aujourd'hui, ta mère ne peut plus consommer de sel, elle ne peut plus s'exposer au soleil. Aujourd'hui, la douleur est parfois tellement grande que le simple jet d'eau sous la douche ressemble à un millier d'aiguilles qu'on lui enfoncerait dans la peau. Aujourd'hui comme hier, tu te donnes la mission de la protéger, de la surprotéger. Tu es toujours derrière elle, tu fais attention à tout ce qu'elle mange, tu vérifies qu'elle prend bien ses cachets et tu sais que tu l'étouffes. Tu sais qu'elle voudrait vivre sa vie sans être enfermée dans la maladie, mais tu ne peux pas. Tu ne peux juste pas imaginer le pire.
s comme suicide - Je peux en parler, c'est bon, tu ne vas pas te mettre en rogne ? Si ? Bah je m'en fiche, c'est moi qui décide ce que je note de toute façon. Soyons clair Ali, tu as merdé en beauté. Suicide. Non, ça ne renvoie pas à des tendances que tu aurais. Tu n'as jamais pensé à te suicider et ça ne risque pas de changer. Suicide, le sien, à elle, à cause de toi. Elle, c'était la femme avec qui tu sortais depuis près de deux ans. Malorie. La fille aînée des Mulliez, l'une des filles d'un des patrons de ta mère, cette fille que tu voyais en secret. Tu l'aimais, oui à ta façon, mais tu l'aimais. Sauf que tu as été incapable de lui montrer, tu l'as détruite, tu as aspiré toute sa gaieté jusqu'à ce qu'elle abandonne tout. Tu ne cesses de te dire que ce n'était pas de ta faute, que tu n'as rien fait, que de toute façon tu n'en as rien à foutre parce que tu ne l'aimais pas, mais tu te mens à toi-même. C'est à cause de toi, du moins en partie, je le sais, tu le sais et même sa sœur le sait. Cette sœur avec qui tu recommences les mêmes conneries parce qu'elle te rappelle Malo, parce qu'elle s'accroche à toi, parce que... Parce que tu es con.

Mes défis en cours...
explication du défi proposé par prénom ou pseudo de la personne

explication du défi proposé par prénom ou pseudo de la personne


Ceux que j'ai déjà fait !
[url=urldulieuoutasfaitledefi]explication du défi[/url] proposé par prénom ou pseudo de la personne

[url=urldulieuoutasfaitledefi]explication du défi[/url] proposé par prénom ou pseudo de la personne
Revenir en haut Aller en bas


Re: ALI - fais toi plaisir, je me vengerai de toute façon.Lun 18 Avr - 7:09
BON ALI

va placer les phrases en dialogue "je suis qu'un connard", "je suis qu'une pute" et "je me déteste tellement que je me giflerais bien parfois". puis aussi le mot "excuses" 20 fois et celui là sans employer de négation dans le même post hein
Revenir en haut Aller en bas


Re: ALI - fais toi plaisir, je me vengerai de toute façon.Ven 22 Avr - 14:33
Le défi de Cyrille que c'est dur pour toi du coup j'ai eu pitié et je te donnerai simplement le défi de chanter Prince Ali dans l'un de tes rps
Revenir en haut Aller en bas


Re: ALI - fais toi plaisir, je me vengerai de toute façon.
Revenir en haut Aller en bas
Page 1 sur 1


 

 ALI - fais toi plaisir, je me vengerai de toute façon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
 Sujets similaires
-
» ALI - fais toi plaisir, je me vengerai de toute façon.
» "Vas-y, fais moi plaisir..." Clint Eastwood
» Fais-toi plaisir toutes les nuits... {Chelsea}
» Fais-moi le plaisir de crever. || Chasses solo
» Quel plaisir de se revoir... Ou pas [Livre 1 - Terminé]